PUB OLAM

Culture/musique : Norbert Epandja remonte les bretelles à Ali Bongo Ondimba.

WhatsApp_Image_2021-06-28_at_22.19.01_.jpgLe Président du syndicat des artistes gabonais s'est recemment adressé au Président de la République Ali Bongo Ondimba. Une épilogue qui traduit le mécontentement du monde artistique du vert-jaune-bleu.

29 Jun 2021 0 comment
(0 votes)
 

Rappel des faits.C'est dans une adresse datant du 25 de ce mois que le Président du SYA s'est adressé à Ali Bongo Ondimba. L'expéditeur de la lettre au Chef de l'Etat gabonais n'ira pas par le dos de la cuillère pour dire les intentions cachées de son passage devant le parlement gabonais. En effet, la sortie de Norbert Epandja fait suite au discours circonstanciel du Chef de l'exécutif, devant les 2 chambres du parlement, une fois de plus, les artistes gabonais sont laissés pour compte.

《Nous savons que votre adresse au parlement n'avait qu'un seul but: préparer le peuple à un troisième (3è) mandat》, mentionnait-il, non sans avoir rappelé les promesses non tenues par Ali Bongo Ondimba, gabonais face aux artistes gabonais.

En effet ces dernièrs ont été récus au palais du bord de mer en mai 2016, cette rencontre avec Ali Bongo Ondimba dessinait un horizon plus lumineux pour les artistes gabonais. Si certains projets n'ont jamais vu le jour, d'autres comme le BUGADA font l'objet d'un dysfonctionnement qui aujourd'hui tient le monde artistique au pied de guerre les uns contre les autres. 2 ans avant la fin du 2ème mandat d'Ali Bongo Ondimba, le bilan n'est pas sulfureux.

En autres, le Président de la république promettait aux artistes:
- D'assurer à l'artiste les conditions de son épanouissement basé sur son travail, son métier.
-D'accelérer l'adoption de la loi sur le statut de l'artiste et du nouveau code de la communication qui fixe les quotas de la diffusion des œuvres...
-D'apporter un soutien personnel au fonctionnement du BUGADA.
-De remédier à l'absence d'espaces d'expression culturelle.
La liste n'est pas exhaustive, une panoplie des promesses dont aucune ne semble avoir vu le jour, à en croire les écrits de Norbert Epandja.

Il faut le dire, le secteur artistique national souffre d'un manque accru de l'implication des autorités compétentes. Pas de droits d'auteurs, absence des spectacles suite à la crise économique qui sévit dans le pays, et bien avant, les artistes gabonais se plaignaient déjà du manque des sponsors ou autres aides susceptibles de les aider à mener à bien leurs activités comme sous d'autres cieux. Le chaos s'est installé avec l'avènement de la pandémie au Corona virus, fermeture des espaces de loisirs, suspensions des activités culturelles, interdiction des attroupements etc, les artistes gabonais vivent une nette cessation de leurs activités, alors qu'ils ne reçoivent aucune aide du gouvernement, malgré les interpellations multiformes. Aujourd'hui, Norbert Epandja, une des figures emblématiques gabonaises en matière de défense des intérêts de l'artiste gabonais, monte au créneau suite à l'adresse du Chef de l'État au parlement, discours qui, a fait abstraction des difficultés qu'endurent les artistes gabonais depuis belle lurette, et que le Corona virus est venu accentuer.

Leave a comment

Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Blue Brown Green Pink Violet
Layout Style
Select menu