Setrag /Intrigues: Le nouveau directeur général injustement attaqué.

0
17

La mafia qui spolie le pays et qui a pignon sur rue a décidé d’en finir avec le nouveau directeur général qui est victime d’une ignoble campagne de dénigrement par voie de presse l’accusant de ne pas être à la hauteur de sa tâche et de remettre en cause les acquis de l’entreprise et des travailleurs.

N’apportant aucune preuve ,les auteurs de ces écrits peignent le nouveau directeur général de la Setrag comme qelqu’un de peu fréquentable. Ce qui n’est pas responsable de la part de ces mercenaires de la plume dont l’objectif est de servir de relais aux ennemis du Gabon qui ont toujours imaginé un dessin sombre pour notre chemin de fer qui a tant coûté à la nation.

Car comment comprendre l’acharnement sur le nouveau directeur général qui n’a eu comme premier contact avec ses agents que sa récente prise descente en ligne ?

En effet,les usages en cours voudraient qu’une fois nommé et installé,le nouveau responsable visite l’outil de travail et prenne langue avec les unités placées sous autorités. Idem comme il le fait déjà avec les autorités en place.

Les accusations d’incompétence,d’abus d’autorité,de refus de poursuivre les réformes initiées par son prédécesseur,sont autant des preuves démagogiques qui accréditent la thèse d’un complot contre Luis Renato Lombarto Torres.

Lui qui n’a pas encore complètement assimilé la langue de Molière et s’attelerait à sa tâche avec abnégation.

Faut-il rappeler à tous ses détracteurs que le Conseil d’administration de la Setrag où y siège les représentants de l’Etat gabonais est le seul habilité à apprécier le rendement du directeur général ?

Les appels au ressaisisse- ments formulés par les mêmes médias prouvent au-moins une chose , que cette campagne de dénigrement est inoportune d’autant plus que que ces médias ne perdent rien en donnant le temps au temps, question de mieux apprécier ce qu’aportera Luis Renato Torres à la Setrag.

Parce que les différentes entités constituant le Conseil d’administration dans lequel le gouvernement est mieux représenté a avalisé cette nomination.

Et affirmer sans preuve que l’actuel directeur général n’aurait pas le profil requis pour occuper sa fonction actuelle est la preuve que la campagne de dénigrement orchestrée contre Luis Renato Torres est l’œuvre des aigris.

Car les arguments avancés ne tiennent sur rien pour donner du crédit aux écrits lesquels anoblissent Patrick Claes pourtant décrié de la même manière avant lui.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here