Mairie de Libreville/Arrestations:Halte à la diversion.

0
156

Soupçonnés des magouilles, de prévarication et d’instigation à la mal gestion,le tout dans une confusion de rôles, Léandre Nzué et ses proches font l’objet des poursuites judiciaires,lesquelles  ont du mal à passer chez certains de ses thuriféraires qui ont opté pour les fausses accusations contre des paisibles citoyens.

Depuis l’arrestation du maire corrompu et certains de ses proches collaborateurs, ses supporters   n’ont jugé mieux que de faire diversion sur les réseaux sociaux. Comme des agissements de cet ancien candidat malheureux du 5e arrondissement de Libreville qui a proféré des accusations et des attaques contre certaines figures de proue du régime.

Dans une foulée suicidaire, Evoung Waga,c’est son nom, connu pour son inconséquence laquelle l’avait valu un échec cuisant aux dernières élections législatives dans son Lalala natal,affirmera sans la moindre preuve que Léandre Nzué aurait indelicatement  agit sous l’instigation de Faustin des personnalités telles que Boukoubi,président de l’Assemblée nationale,Jean Marie Ogandaga, ministre de l’économie, Eloi Nzondo,ancien ministre et ancien gouverneur de la Province du Haut Ogooué et consorts. Des accusations gravissimes,mais pas convaincantes, tant leur auteur est un coutumier des faits et craindrait certainement pour sa panse quand on imagine son chantage vis-à-vis des autorités. Que sait on de ses relations avec le maire Nzué ?Cette question fera l’objet d’un prochain article.

Ceci dit, avant cette sortie inopportune et aux allures de mercenariat de l’homme de Lalala, l’opinion  assista à un sketch de certains partis dits de la majorité à l’exception du PDG,parti dont est issu le premier responsable du conseil municipal pour fustiger les rumeurs d’arrestations au sein de la mairie. Sans conviction, ils lanceront une campagne de protection dite: »Touche pas à mon maire ».D’autres,soupçonnant sa mauvaise  gouvernance,demanderont sans argumenter d’interpeller aussi les anciens édiles qui l’ont précédé.

Cette mobilisation aux conséquences imprévisibles sur les réseaux  sociaux a révélé que ce pays a un problème avec sa société et son élite. Parce comment comprendre la mise en cause des personnalités qui n’avaient aucun lien juridique avec la gestion de Leandre Nzué?Prenons l’exemple d’Éloi Nzondo ,nommément cité comme gourou du maire failli de Libreville. Au moment de la commission des faits, celui-ci etait en fonction à Franceville en qualité de Gouverneur de Province.Certes, Léandre et Eloi se connaissent et se fraternisent quand ils en ont l’occasion. Connaissant « Rambo »,le nom de guerre de Léandre Nzué,pouvait-il seulement un instant accepter d’agir contre son gré parceque sous influence?On en doute.et pour cause,le mal gabonais est connu.C’est la jalousie entre les élites qui gravitent autour du régime. Chacune se veut le coeur du système quand son heure de la gestion arrive.Egoiste,notre élite s’enferme dans des comportements mortifères. Elle considère les biens publics aux siens.Leandre n’a voulu que répéter ce que d’autres ont fait avant lui mais,cette fois,mal lui en a pris.

Chacun de nous sait que pour avoir les arguments accablants contre un ordonnateur d’un crédit de l’État, seuls les actes posés en valent les preuves.

Si l’on veut savoir avec qui Léandre a bouffé l’argentdu contribuable, le receveur municipal est la personne la mieux indiquée pour en apporter la preuve.

Evoung Waga et consorts ont intérêt à brandir des preuves pour étailler leurs accusations. Ne pas le faire résulterait d’une forfaiture dont seul but est de nuire à l’image de marque d’autrui.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here