Liberté de la presse,la HAC traque BBC Afrique

0
82

Le dernier à passer à la trappe est incontestablement notre confrère, Charles Stéphane Mavoungou,correspondant de BBC service Afrique.Son tort ?Avoir annoncé à son média qui l’a diffusé sur les ondes « que la vacance du pouvoir a été constatée » par la Cour constitutionnelle .Ce constat ouvre la voie à l’application de l’article 13.Ce veut dire que Mme Milebou,présidente du Sénat devenait president.Une méprise qui a suscité une levée des boucliers de la part des autorités.

Le porte parole du gouvernement, Guy Bertrand Mapangou a condamné des informations sans fondement de nature à susciter les troubles.Il a enjoint le  » régulateur »a se pencher sur le cas de notre confrère. Une instruction qui n’a tardé à être appliquée.

Réunit en expresse ‘la HAC a infligé à notre confrère qui a écopé d’un mois de suspension de toute activité journalistique.Un peu comme son confrère Orca Boundiandza,le rédacteur en chef de l’aube,Moutouki et la Loupe qui ,quelques jours avant s’était vu condamner par les bourreaux de la presse,la HAC.

Côté, organisations de défense des droits des journalistes, nous n’avons jusque là pas enregistré des réactions.

Reporters sans frontières a pour sa part appelé les autorités a détendre l’atmosphère.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here