PUB OLAM

Front social : la CONASYSED exige la libération immédiate de dame Mengue Nteme Estelle

Elle prévient qImage_20_01_21_1.jpgue si rien n'est fait dans l'immédiat, elle lancera une grève générale à compter du 08 février 2021.

03 Feb 2021 0 comment
(0 votes)
 

Mme Mengue séjournerait à la maison d'arrêt de Libreville depuis le 29 janvier dernier ; l'action judiciaire engagée au sein de son lieu professionnel exaspère la CONASYSED qui exige sa libération faute de quoi, une grève générale sera lancée dès lundi prochain.

C'est pour revenir aux fondamentaux de la protection de l'agent public dans l'exercice de ses fonctions, tel qu'édictés par l'article 1/2005 du 4 janvier 2005, adossé à l'article 47 de la loi n°14/2005 du 08 août 2005, que le bureau de la convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) a effectué une sortie médiatique hier à son   siège sis à Awendjé dans le 4è arrondissement de la capitale gabonaise.

Il s'agissait pour Louis Patrick Mombo et ses collaborateurs de dénoncer les balafres qu'infligent les forces de l'ordre gabonais aux enseignants. Partis sur des faits précédents, l'hypothèse d'un abus de pouvoir semble engagée, et ce jour encore dame Mengue Nteme Estelle, Directrice de l'école publique communale de Nianame de Kango en payerait les frais.

Raison pour laquelle, soulignant l'abandon de l'agent par sa hiérarchie, la CONASYSED exige la libération pure et simple de leur collègue, et annonce sans façon, une grève générale sur l'ensemble du territoire national.

Les enseignants appelés à la mobilisation pour conjuguer leur force autour de l'unité sont de facto invités à boycotter une année aux allures de canard boiteux.

Pour rappel, madame Mengue Nteme Estelle est mise en cause dans une affaire d'outrage à un agent en exercice de ses fonctions. 3 mois en arrière, alors qu'elle était en partance de Ntoum pour son poste de travail à Kango, elle n'aurait pas présenté un test Covid-19 au poste de contrôle, pensant qu'elle n'en n'avait pas besoin pour une distance aussi minime, surtout qu'elle ne se rendait guère à l'intérieur du pays.  Interpellée le jeudi 28 janvier dernier au sein de l'établissement dont elle avait la Direction par les agents de la gendarmerie nationale en civil, elle sera présentée devant le Procureur de la république le lendemain, et après délivrance d'un mandat de dépôt, séjourne à la prison centrale de Libreville depuis un peu plus de 6 jours déjà.

Leave a comment

Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Blue Brown Green Pink Violet
Layout Style
Select menu