PUB OLAM

Covid-19/Situation épidémiologique : hausse exponentielle des cas positifs

Comme un écho WhatsApp_Image_2021-01-30_at_18.11.23.jpegqui sonne au loin pour les gabonais.

Les populations vivent-elles ce comptage comme une patate chaude entre leurs mains ? Il semble que non, car pas très concernées par cette hausse.

30 Jan 2021 0 comment
(0 votes)
 

 Comme dans deux mondes parallèles, les populations asphyxiées par les corollaires de la pandémie Covid-19 au Gabon semblent prendre cette tendance haussière tel un coup de cloche provenant d'autres horizons, pire, un bal des sorciers.

Chacun vit sa petite vie, hormis le petit effort que l'on fournit pour s'accommoder aux nouveaux horaires du couvre-feu, selon qu'ils sont repoussés ou ramenés. Le port du masque ? un fait quotidien facultatif qui devient 《un leurre》, ainsi que l'indiquait un corps habillé à un riverain en guise de sensibilisation, qui ne portait pas de masque, et qui essayait de s'en défendre. Le masque devient la seule condition pour s’afficher dans les lieux publics.

Les mesures barrières ? Les endroits semblent choisis, le marché Mont Bouet, Nkembo, Venez voir etc, se font du beurre en toute sécurité contrairement aux églises et aux bars.  Les cérémonies de mariage sont librement organisées, Des Assemblées générales, les snacks bars sont abonnés à ceux qui peuvent correctement les défendre en cas de descente aux enfers.

Les atterrissages inopinés des agents dans des quartiers populaires ? Une distraction pour ceux qui ont les pieds légers, pour jouer au chat et à la souris avec les agents, un petit divertissement ne pourrait nullement faire de mal en ces temps où aucun lieu de loisirs n'existe.

Au quartier, il devient fréquent de voir apparaître des agents dans un bar, ils prennent tranquillement place au milieu des populations, alors que ces dernières craignent le contrôle du respect des mesures barrières ; on est surpris de les voir passer des commandes, car voulant également se rafraîchir.

Le dépistage ? une obligation et non un devoir.  La majorité des personnes s'étant volontairement faites dépister étaient sans doute sur un voyage, car personne ne voudrait se faire hospitaliser sous prétexte qu'il souffre de Covid-19, il pourrait mourir comme une blague alors qu'il peut piler, faire bouillir et boire du jus de gingembre ou boire d'autres remèdes faits maison pour chasser courbatures, irritation de la gorge et autres signes qu'on décrit à la télé.

Le plus étonnant ? Ces masques que l'on porte pendant 2 semaines juste pour tromper la vigilance des forces de l'ordre. Le drame s'annonce lorsqu'approche un char rempli d'agents qui crient en gesticulant 《Portez vos masques ! là, chacun s'exécute sans trop savoir qui a parlé.  Lorsque ces agents tournent le dos, chacun s'exécute à baisser son masque.  Une civilité vient alors de s'installer entre civils et forces de l'ordre, on le porte correctement pour exprimer salutations et respect ; on le redescend pour se dire bonne journée.

Ces faits qui se sont fait de la place au sein de la société occupent les pensées des gabonais pour s'intéresser davantage à la hausse des cas. Le Dr Guy Patrick Obiang et le COPIL s'occupent de compter les cas, les gabonais, quant à eux, saisissent les échos dans l'autre village voisin, comme pas très concernés.

Last modified on Saturday, 30 January 2021 20:21

Leave a comment

Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Blue Brown Green Pink Violet
Layout Style
Select menu