PUB OLAM

Politique : Jean Ping hausse le ton.

Dans unImage_2020_12_25_03.jpge adresse à la nation, celui qui réclame toujours la vérité des urnes depuis la dernière élection présidentielle de 2016 qu'il dit avoir gagné appelle le peuple gabonais à s'opposer fermement à la nouvelle modification constitutionnelle voulue par le pouvoir Bongo-PDG actuellement en discussion au parlement.

25 Dec 2020 0 comment
(0 votes)
 

Du moins que l'on puisse dire, ce que cette nouvelle modification constitutionnelle de trop courrouce tant l'opposition que la société civile qui appellent aux actions de contestation en ce sens qu'elle confirme l'incapacité du président Ali Bongo Ondimba, disent-ils. Pour eux, quelque soit la durée de la nuit, le jour se lève toujours et que malgré les manoeuvres dilatoires des tenants actuels du régime, la vacance de pouvoir est une réalité qui appelle à la déclarer plutôt que de procéder par des subterfuges.

Hier, Jean Ping dans son costume de président élu démocratiquement a demandé à la Cour Constitutionnelle et le Parlement à prononcer la vacance de pouvoir et lui transmettre le pouvoir, lui le vrai vainqueur de l'élection présidentielle de 2016. Comme à son habitude, le diplomate a appelé la communauté internationale sournoise jusque-là à aider le peuple gabonais à reconquérir sa souveraineté. Patient depuis 4 ans, Jean Ping s'est dit prêt à prendre la tête d'un soulèvement si celui-ci s'avérait être l'ultime voie.

Le lendemain, c'est son porte parole, Ntoutoum Ayi, s'exprimant sur les ondes d'une radio internationale qui accusait ouvertement Marie Madeleine Mbourantsouo d'en être l'instigatrice de ce détricotage de la constitution. Le but de sa manoeuvre étant la conservation du pouvoir par les clans qui gravitent en son sein, qualifiant au passage les présidents de deux chambres du Parlement et le ministre de la défense désigné par ledit texte pour assurer l'intérim temporaire du président de la République de factatums à sa solde. Le débat sur la vacance du pouvoir après l'accident vasculaire cérébral d'Ali Bongo Ondimba en 2018 suscite des passions et remet au goût du jour les antagonismes récurrents nés au lendemain du décès du patriarche Omar Bongo Ondimba père du président actuel. Aux dernières nouvelles, le texte débattu à l'Assemblée nationale a été adopté par les députés de la majorité parlementaire.

Leave a comment

Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Blue Brown Green Pink Violet
Layout Style
Select menu