Front social:les employés de SATRAM Gabon demandent l’ouverture des négociations avec leurs responsables de tutelle.

0
47

Une frange des employés de la société d’amarrage et de transit maritime (SATRAM) s’est retrouvée le 23 septembre de l’année courante au siège de ladite société sis à Accaillé, dans la commune d’Owendo, pour exprimer d’une voix concordante, l’ouverture d’une plateforme de négociations avec leurs supérieurs hiérarchiques.

SATRAM Gabon se retrouverait-elle au bord du gouffre ? Les employés flirtent sans doute avec le désespoir à l’orée de la rentrée scolaire qui s’avance à pas de géant. Une partie de ces agents, regroupée au sein de la confédération syndicale Gabonaise (COSYGA) s’est exprimée au cours d’une sortie médiatique qui consistait à apporter un certain nombre de précisions face à la situation qui prévaut dans cette société depuis près de 2ans.

Depuis, c’est la tourmente dans les esprits qui ne savent plus à quels saints se vouer face au mutisme de leur Direction générale. Alors qu’une 1ère vague avait déposé le 16 septembre 2019, sur la table de leur direction générale, un préavis de grève illimitée par la voix du syndicat des employés, ex-employés, Retraités du pétrole et activités connexes (SEERPAC),

la 2è vient exprimer aujourd’hui son attachement à leurs responsables de tutelle, et solliciter par la même occasion l’ouverture des négociations afin de sauver les meubles de l’entreprise.

Une démarche sans doute des plus diplomatiques, compte tenu du calvaire essuyé par ces agents,
qui ont au compteur 17 mois déjà, si non plus de salaires impayés, quand ils ne sont pas payés en pipis de chat.

Cela saute à l’œil, la discorde règne au sein de l’entreprise. Entre ces agents qui ont décidé de tout plaquer, et ceux qui gardent espoir face à la crise et même, de comprendre l’incompréhensible de l’employeur. Les deux attitudes traduisent traumatisme et déception face à un lendemain qui ne cache plus ses couleurs. Espérons pour ces pères et mères de familles, que cet appel voit le bout du tunnel

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here