Front social/Spéculation sur l’état de santé du Chef de l’État :Jean Rémy Yama sera poursuivi.

0
88

Les propos du leader de DU,Jean Rémy Yama n’ont pas plu aux autorités gabonaises qui ont promis une suite judiciaire.

Lors de la sortie médiatique de la centrale syndicale Dynamique unitaire effectuée le 02 juillet 2019 à son siège sis à Awendjé, son président, Jean Rémy Yama a abordé le sujet le plus sensible de l’heure au Gabon en ce moment, à savoir, la santé du Chef de l’État et sa quasi-absence des écrans radars.

Sans aller par le dos de la cuillère, le leader syndical a clairement énoncé que :<< pour Dynamique unitaire, Ali Bongo Ondimba est mort>>, cela suite aux multiples demandes d’audience formulée à l’endroit du Président de la République.

Les propos qui n’ont pas laissé insensible l’autorité , se sentant défiée a annoncé par le truchement pinistre d’Etat, de la justice garde des sceaux, Annicet Mboumbou Miyakou, a réagi en ces termes:<< _une telle déclaration sans aucun fondement de la part de ce responsable syndical dénote une fois de plus, de trop, une volonté manifeste de créer le trouble et la confusion dans l’esprit des populations. Elle vise par ailleurs à créer une certaine psychose auprès de nos partenaires au développement et incidemment à affecter l’environnement des affaires, l’ordre public et la cohésion sociale. Les objectifs ainsi poursuivis du fait de ces propos mensongères, ne cadrent nullement avec les missions dévolues aux organisations syndicales, à savoir : défendre les intérêts moraux et matériels de leurs adhérents_>>,a-t-il laissé entendre,avant d’annoncer des mesures fortes à venir: << __Le gouvernement rappelle qu’il ‘e saurait laisser perdurer de tels actes. Les auteurs seront poursuivis et la loi sera appliquée avec la plus grande rigueur>>._
_
Cette réaction du ministre intervient après une descente musclée entre 05h et 6H du matin des agents de la Direction générale de la recherche au domicile du leader syndical, selon la communication faite par ce dernier sur les réseaux sociaux. Lesquels auraient été mandatés par le Procureur de la République,ont fouillé de fond en comble son domicile qui ne regorgeait aucun secret à son sein.

Une suite d’événements qui augure bien des lendemains bien contraire à l’euphorie qui elle, a bien abandonné depuis belle lurette le peuple gabonais. Jean Rémy Yama et sont clan syndical sont donc appelés à déballer leur version des faits afin de réorienter ces propos qui pourraient bien être une figure de style au sens figuré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here