Économie/ ministère du Budget : l’atélier de formation sur les risques budgétaires livre ses conclusions.

0
11

L’atelier de renforcement des capacités des agents du ministère du budget, en matière de gestion des risques qui a débuté le 16 septembre 2019 s’est achevé le 20 septembre de l’année courante.

Sous l’égide du ministre de l’économie, des finances et de la solidarité nationale, Roger Owono Mba, et en partenariat avec AFRITAC Centre, l’atelier de formation et première du genre en terre gabonaise s’est penché sur les questions tournant autour de la compréhension de la notion des risques budgétaires, la défini comme des différentes méthodes de gestion des risques budgétaires,des discussions des implications induites par l’obligation de communiquer sur les risques budgétaires à la lumière des besoins de transparence de la gestion des finances publiques.

De ces réflexions se sont dégagés deux types de risques budgétaires , à savoir : des risques macroéconomiques liés aux changements sur les variables macroéconomiques. Cette catégorie peut être atténuée par l’application de l’arrêté 228/MDDEPIP/BMCP/MPH fixant les modalités de détermination des hypothèses pétrolières du cadrage macroéconomique et budgétaire.

Le deuxième type désigne des risques spécifiques et concernent les aléas budgétaires, entre autres, les risques des catastrophes naturelles, des partenariats public-privé. Son atténuation peut provenir de la mise en place d’un financement pour la collecte et le drainage des eaux usées et du renforcement de l’évaluation des projets avant le démarrage des travaux sur toutes ses composantes.

Il est donc attendu dans les plus brefs délais la mise en place d’un rapport présentant ces différents risques, pour la prochaine loi des finances conformément aux articles 13 de la loi organique 20/2014 relative aux lois des finances et à l’exécution des budgets en République gabonaise.

Aussi, il ne restera plus qu’à diffuser l’ensemble de ces paramètres au profit du personnel dudit ministère pour le plus grand bien de l’économie gabonaise.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here