Covid19/Lieux de culte: certains adeptes pourraient être lésés

0
67

Apparemment, les mesures prises récemment par le gouvernement lèsent les fidèles analphabètes qui pourront ne pas assister aux cultes !

Le ministre gabonais de l’intérieur a annoncé parmi les points du protocole de l’allègement concernant la réouverture des lieux de culte, que les fidèles devront au préalable remplir un formulaire papier ou électronique pour leur identification et traçage. Une mesure qui élimine de facto une tranche de fidèles.

Le Président de la République gabonaise, convaincu de la bonne gestion de la crise dont son pays a fait preuve, a décidé d’assouplir certaines mesures de l’État d’urgence instaurées dans le cadre de la riposte contre la pandémie du Covid-19 au Gabon. C’est ainsi que le 16 octobre dernier, le gouvernement a rendu publiques ces mesures d’assouplissement.

Plusieurs domaines ont vu leurs fonctionnements modifiés sous l’ère Covid-19, positivement ou maintenus dans le même calvaire qu’il y’a 8 mois. Pour ce qui est de la réouverture des lieux de cultes, le Ministre gabonais de l’intérieur Noël Lambert Matha, a annoncé les mesures à respecter à tout prix pour permettre la continuité de la bonne maîtrise du virus dans nos murs.

Il y’a notamment, le fait que : << les fidèles devront remplir au préalable un formulaire papier ou électronique pour leurs identification et traçage>>. Alors on se demande ce qu’adviendra des fidèles analphabètes, lorsque l’on sait que la grande majorité des pères et mères de familles qui se lèvent chaque dimanche matin pour prendre part aux cultes, ont pour certains rompu avec la plume, ou encore ne l’ont jamais connue. Mais encore, beaucoup n’ont jamais flirté avec les nouvelles technologies au point de remplir un formulaire en ligne, et ce, juste pour prendre part à une eucharistie.

Ce qu’il semble avoir dans cette mesure, et de ce point de vue, est qu’une bonne frange des populations semble de facto mise hors des lieux de cultes de par cette seule mesure. De plus, par quel moyen ces formulaires électroniques seront-ils rendus disponibles ? Qui en seront les auteurs, les autorités compétentes ou les responsables des lieux de cultes concernés?

Bref, il se formule trop d’interrogations à ce sujet, au point où l’on est tenté de juste attendre pour voir comment s’organisera cette question, même si certains faits sautent déjà aux yeux, selon l’opinion publique. Ce qui semble déjà de cerné, est que ladite mesure a tout de décourageant, car un tel protocole pour un simple culte de 30-45min, pourrait pour certains relever de l’agacement. Alors wait and see.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here