Ali Akbar Onanga Y’Obengue et Jean Pierre Oyiba ,deux salafistes opposés aux nouvelles nominations intervenues au sein du PDG.

0
112

Les récentes mesures individuelles intervenues au sein du parti au pouvoir font couler beaucoup d’encre.

Principalement concernés,ceux des militants de la Province du Haut Ogooué où deux hiérarques qui n’ont pas eus la chance d’être reconduits menacent de renverser la table.

Jean Pierre Oyiba et Akbar Onanga Y’Obengue qui sont en rébellion ouverte n’ont pas compris qu’ils sont vieux et » qu’on ne peut pas faire du neuf avec du vieux ».Ils se ruent sur brancards pour et y voit un complot sur augustes personnes.

Un complot selon eux qui serait orchestre par leur cible idéale,Brice Laccruche Alihanga, directeur de cabinet du DCPR.

Des accusations sans preuves qui trouvent leurs fondements dans la haine que vouent ces individus au directeur de cabinet,mais aussi que depuis leurs sorties de la sphère gouvernementale ,ces deux là comme d’autres envisagent de déstabiliser le DCPR qu’ils savent convalescent.

Et pourtant il suffit de comprendre l’émergence des élites qui se fait au sein du parti au pouvoir est irréversible et ne pourra souffrir de l’inertie des gens du passé à la réflexion limitée.

Il faut rappeler qu’en leur temps,quand ils occupaient des hautes fonctions, ils n’avaient jamais cédé un pouce de leur position à qui que ce soit.Pis ,leurs aînés qu’ils avaient succédé étaient traités de tous les noms d’oiseaux sans que cela ne puisse entamer la cohésion du parti.

Ce parti qui leur a tout donné, fait leurs carrières administratives et politiques et garantit leur fortune supposée.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here