Drogues :La journée commémorative passée inaperçue au Gabon

0
63

C’est en 1987 que les Nations Unies adoptent lors de son assemblée générale la résolution 42/112 du 7 décembre 1987 la célébration de la journée internationale contre les abus et le trafic des drogues.

La journée du 26 juin a donc été retenue à cet effet, dans le but de limiter la possession, la consommation, le commerce, la distribution, l’importation, l’exportation, la fabrication, mais aussi la production des drogues à des fins médicale et scientifique.

Cette journée est passée inaperçue en terre gabonaise, pourtant le pays est victime de ce fléau. Le trafic, la consommation des drogues et des stupéfiants est l’une des causes des assassinats, des viols, des vols, des déchirements qui gangrène l’accalmie sociale du Gabon en ce moment. Pourtant cette occasion unique donnée à chaque nation de sensibiliser et d’informer ses populations n’a pas été saisie par les autorités gabonaises.

On se demande alors comment cela est-il possible ? Lorsque l’une des priorités de la politique du Chef de l’Etat est de mettre au centre la valorisation de la jeunesse gabonaise ?

Cette commémoration qui n’aurait été que l’ombre d’elle-même aurait pu être l’occasion pour les autorités de marteler au peuple gabonais en général et à la jeunesse en particulier la nécessité de rester saine pour une société affranchie, et pour toutes personnes conscientes de son devenir.

En cette période où les jeunes embrassent vertigineusement la période des vacances d’été, livrés à toutes sortes de délires, de consommation des stupéfiants, généralement suivie de la pratique incontrôlée du sexe, plus d’un aurait pris bonne note et se raviser en prenant connaissance de cette journée.

Les résultats des examens scolaires pointant à l’horizon ne manqueront pas de marquer leurs passages, entre stupéfiants et délires incontrôlés, en passant par les maladies et infections sexuellement transmissibles, les grossesses précoces.Des maux dont l’origine demeure les drogues qui privent de facto l’individu de sa raison d’être, tout en en demeurant un danger pour la société.

Vivement, que cette journée entre dans l’agenda des autorités gabonaises pour une meilleure politique de promotion des jeunes, pour leur encadrement et pour l’avenir du Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here